En chamaille

Publié le par la freniere

J’avance si rempli de poèmes
que les étoiles se taisent.
Les ombres en chamaille
se disputent la neige.

 

Il y a comme un trou dans l’hiver,
des pans d’angoisse dans la lune
que fixent les hiboux.

 

Mon cœur serré dans ses guenilles
cherche un peu de lumière,
de chaleur et de paix.

Les arbres dans la cour
referment leur feuillage
pour ne pas ébruiter
le secret des oiseaux.


Jean-Marc La Frenière

Publié dans Poésie

Commenter cet article