Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il faut vivre

Publié le par la freniere

Il faut vivre

Récit intimiste puisé au souvenir de la mère, de l'enfance, de la pluie et du vent,Il faut vivre, disait-elle est un hymne à la vie dans ce qu'elle a de beau, dans ce qu'elle a de travers, dans ce qu'elle a de défini et d'indéfinissable. «On s'habitue à peine à la vie qu'elle fait déjà ses valises», écrit Jean-Marc La Frenière.

 

L'auteur cite sa mère: «Il faut vivre», disait-elle. Il a bien compris le message et c'est à sa façon qu'il a décidé et réussi à occuper ce lopin de vie qui est le sien, se nourrissant d'odeurs de sous-bois, de soifs apaisées, de faims à venir, faisant compagnonnage avec Chibouki son loup, creusant avec sa pelle-crayon pour extraire des morceaux de liberté. «Entre les barreaux que sont les hommes, il faut apprendre à s'évader.» Il y a aussi l'enfance qui s'amuse à tracer les pas de l'homme. «Le pays de l'enfance, on n'y arrive jamais. On le traîne avec soi sans pouvoir l'habiter.»

 

Dans Il faut vivre, disait-elle, Jean-Marc La Frenière parle de l'homme qu'il est, de l'écrivain qu'il est, de son loup qui l'accompagne, de la pluie qui lui murmure des vérités, du vent qui lui souffle des mots, de la roche et du sable qui cimentent les phrases. Des mots durs, des mots tendres, une poésie qui dessine des nuages, un parcours qui s'accommode des éraflures.

 

Jean-Marc La Frenière habite depuis quinze ans dans la région des Bois-Francs, à Saint-Ferdinand. Jusqu'en 2009, il a surtout publié en France et a collaboré à diverses revues en Bretagne et en Belgique. Il a remporté le prix Nouvelle Voix du Salon du livre de Trois-Rivières en 2010. Du même auteur aux Éditions Trois-Pistoles: La langue est mon pays en 2010 et La matière du monde en 2011.

 

LA FRENIÈRE, Jean-Marc - Il faut vivre, disait-elle
Récit, 2015
978-2-89583-307-9, 22,95$, 204 pages

 

Editions Trois-Pistoles

Publié dans Glanures

Partager cet article

Repost 0

Hommage à Patrice Desbiens

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

C'est curieux

Publié le par la freniere

Il y a des mains qui sont mortes et d'autres pas. Il faut de l'expérience pour se rendre compte. Quand l'homme tend sa main la première fois, elle est chaude et blanche avec cinq doigts bien distincts. La deuxième fois comme il insiste davantage, on a le temps de remonter un peu le long du bras mais ça n'est pas suffisant. La troisième fois, alors qu'on espère le contact de la main prolongé, il présente une autre portion de lui-même, la bouche ou le sexe, cela dépend de son tempérament. Quand l'homme me serre dans ses bras la quatrième fois en disant «je t'aime», c'est à ce moment-là que la main décide. Soit elle reste accrochée aux mots de l'hom,me, soit elle tombe comme une feuille morte.

C'est curieux toutes ces mains par terre en automne.

 

Isabelle Pinçon

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

La môme néant

Publié le par la freniere

La môme néant

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Disons

Publié le par la freniere

disons que les livres lus, la littérature ingurgitée, les voix absorbées, aient été des forêts, de celles qui nous peuplent avec les ans. puis disons qu’il s’agit aussi de lentes décompositions, puis d’humus. disons que certains arbres de cette forêt génèrent ou regénèrent. disons que cela fait terreau où planter la jeune pousse, disons encore que le vivant de l’écriveur lui soit ruisseau, disons plus avant que la nature prend du temps à développer ses pulpes, disons que dans la patience nécessaire oublier est tout aussi nécessaire.

marcher parmi la forêt nous ramène un jour au point où avait été plantée une pousse qui n’en est plus une, s’y trouve un arbre tout au bord de l’eau courante et vive, un arbre étrange d’une essence étrange. disons que son écorce est lisse et jaune pâle, disons que ses feuillages sont diaphanes et lactescents, disons encore que ceux-ci semblent de la grandeur d’une main, et que si on y regarde bien des mots s’y sont écrits comme veinules. ainsi des arbres grandissent portant un livre, et le livre nous apparaît que lorsqu’il est mature et prêt. je viens d’en retrouver un. je ne sais pas combien j’en ai planté, mais celui-ci, je le découvre, m’attendait.

Catrine Godin

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Entre le doute et l'espérance

Publié le par la freniere

Il y a longtemps que je m'exerce à l'impossible. Les mots en font partie. Je voudrais écrire comme on touche à la vie, non d'un doigt de voyeur, mais de celui d'un peintre. La peur d'aimer, celle des étrangers, de la main sur l'épaule, de l'épaule à la roue, la peur de l'accolade ou de la vérité, la peur des parias, engendre l'uniforme, l'économie, l'église. Elle érige des remparts d'argent, des murailles de choses, des barbelés de rôles. Les masques restent sourds aux visages et aux rides. Le sang ne sèche pas dans la blessure des mots, le sang de la mémoire ni celui répandu sur les champs de bataille. Toute montagne des désespérés a un versant d'espoir. La pluie glisse des larmes dans nos bouches. J'avance entre le doute et l'espérance vers le haut lieu du cœur. Je cherche la lumière dans les brumes de l'être, les ténèbres de l'âme et les nuits de cafard. Dans un bruit de rateau, je gratte la terre avec un bout de crayon. Je sème de petits mots dans l'ordinaire des jours. Dans une forêt de majuscules, je fraie avec les minuscules. Je veux vivre et non pas continuer. À mon âge, j'écris à défaut d'arpenter la planète. On ne devient pas libre en apprivoisant sa cage, mais en sciant les barreaux. Où allons-nous? Notre cœur d'enfant déploie ses petits bras. Que restera-t-il de nous? Un tas de choses inachevées, des rêves jetés aux ronces, l'odeur des aisselles dévorant les parfums, une poignée de mots aux prises avec la langue. Le vide s'égrène au bout des doigts. Est-il possible qu'on écrive par amour du silence? Mon sang se prolonge dans l'eau fraîche des sources, le lait des pissenlits, la sève des platanes, les veines des latérites.

 

La rage étouffe dans un poing. Le sang déborde dans un cœur. Chaque pas est un voyage, chaque geste un peu de vie, chaque regard un point de vue. Le voyage d'une feuille entre la branche et le sol est un bout d'infini. Il en faut des couleurs, les ocres de Vincent, les bleus de Gauguin, un trait mauve, un train d'enfer, de l'encre, de la pierre, de l'argile, du bois, des tonnes de mots, pour exprimer les 25 grammes de l'âme. Je pousse mon crayon pour toucher ce qui manque. Tout minuscule que je suis, l'immensité me tient debout. J'apprends encore à lire sur le dos des rivières, sur les coquilles d'oeuf, sur l'écorce des arbres et les peaux de serpent. Les leçons de la honte n'apprennent rien à l'homme. Ce sont des jeux d'adultes effaçant l'insouciance. La voix est un fauteuil pour les mots fatigués. La lumière et l'ombre se marient entre les os de la vie. J'ai des années en vrac sur l'épaule, de l'air sous les pas. Ma peau relit une lettre du vent. Je ne sais d'où elle vient. Le vent ne laisse pas d'adresse. Mes pieds répondent aux cailloux de la route. Je regarde un vieil arbre qui veut toucher le sol. Il nous offre ses fruits en se penchant vers nous. Cachée parmi les herbes, une cigale chantonne. Un papillon se pose sur la table. Un livre naît sous le soleil.

 

Seul avec de l'encre et du papier, j'écris sur une page arrachée aux ténèbres. J'invite la parole avec sa sœur l'espérance. Je mets la table pour les mots. J'accueille toute la beauté du monde, de sa cime à son abîme, sa voix d'enfant ou de vieillard. Je reçois le matin, la fraîcheur du matin, le frisson d'un oiseau sur l'abdomen de l'air. Lorsque je manque de tout, j'invente un champ de blé. Une canette rouillée devient un pot de miel. Je mange avec mes yeux. Je me nourris du paysage. Malgré tout, je m'étiole comme un crayon qui bave. Même si elle donne sa richesse à l'âme, la poésie rend pauvre. Je pourrais mettre un nom sur chaque pierre, épeler le prénom de chacun, personnifier les ronces, renommer chaque fleur, mais je préfère garder l'anonymat de l'herbe. Il arrive que les choses adviennent quand on renonce à tout. Depuis longtemps, ce sont les jeux d'enfant qui m'indiquent la voie. L'enfant est à ses jeux comme l'amante à ses caresses, le peintre à ses couleurs. J'échappe un cef-volant. Je poursuis ma route un ballon à la main, la ballon des mots qui saute d'une ligne à l'autre, un ballon de page, une plume d'oiseau dans la rumeur du monde, le froissement d'une jupe qui caresse l'oreille, l'ombre d'un arbre dansant d'une rive à l'autre, un chiffon de vent sur la table du jour. Je prête mes oreilles à la musique, mes bras à la faiblesse, mes mots à la bouche des muets, mon espoir aux moustiques. Je vais avec le vent, les nuages, les bêtes. Je vois avec les yeux d'un peintre. Je me vêts de la pluie et d'un peu de soleil.

 

Une phrase entière me réveille et ouvre mon cahier. Je continue d'écrire jusqu'à l'aube, jusqu'aux battements du cœur, jusqu'au pouls de la vie. Ce que je suis rejoint ce que je dis. J'écoute de la musique. Les notes écartent l'air de leurs mains invisibles. Un air de flûte se mêle au rythme de la phrase. Je suis sorti où d'autres entraient dans les affaires. J'ai pris la route. J'ai gagné du temps où d'autres le perdait. J'ai faim. J'ai froid. Je reste nu pour ne pas qu'on m'enrôle. Les pièges ne retiennent pas le vent. Peu importe où je regarde, ma mère reste debout dans mes yeux. J'écoute sa leçon. J'entends la mer dans un livre ouvert. Le vent des mots agite les rideaux. La langue est un habit qui habille les mots.

 

Jean-Marc La Frenière

Publié dans Prose

Partager cet article

Repost 0

Lâcher prise

Publié le par la freniere

Nous n'avons qu'une seule vie, qu'une seule pauvre vie et, en partie, nous la perdons dans le leurre, le mensonge d'un travail. Alors, un jour, dans ce jardin, notre vie s'est retirée en silence. Elle est allée rejoindre les solitaires, la solitude. Devons-nous la porter comme un fardeau, nous délivrer d'elle? Ou bien l'abandonner à la faim des serpents, à l'horreur des jours, aux regards assassins des bourreaux? C'est pour rejoindre notre vie que nous écrivons, c'est pour toucher en nous les battements de son cœur que nous écrivons, que nous aimons. C'est dans l'effondrement qu'elle nous soutient, c'est dans la plus haute solitude que nopus fêtons ensemble nos retrouvailles. Ailleurs, dans le monde, il y a les mots bien sûr, le flôt des choses courantes, la marée des jalousies, il y a tout ce qui enveloppe les mots et les corps mais la vie n'est pas là et si elle apparaît parfois, si elle nous frôle de ses ailes, c'est pour nous enjoindre à ne jamais renoncer, à ne jamais faillir à la tâche d'aimer, au labeur d'écrire, au bonheur de chanter l'enfance, les livres et l'été sur les livres et sur tous les visages.

 

Joël Vernet

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Denise Désautels: Inventaire

Publié le par la freniere

Publié dans Poésie à écouter

Partager cet article

Repost 0

Vignette clinique

Publié le par la freniere

Tu t'es effondré en larmes
dans mon bureau de psychiatre
Tu essayais de me dire
combien ma visite dans ta chambre
et les mots que nous avions échangés
étaient importants et inutiles
tu avais deviné sur ma joue
au ras de ma paupière
l'infini fragilité de la peau
à retenir en échange , d'autres larme
invisibles et d'autres mots
hurlants de silence
qui transperçaient et enrayaient ma gorge
Ils nous rendaient si tristes, humbles et déplacés
mais aussi tellement attentifs
tu m'as fait entendre dans ta folie
ce que mentaliser ton corps
jusqu'à en être captif
signifiait
que le savoir ne soigne pas
mais il en faut quand même
que l'intelligence ne soigne pas non plus
mais qu'il en faut aussi
que l'amour non plus n'y peut rien
mais qu'il en faut sans aucun doute
que la neutralité n'est qu'un concept
théorique (j'allais dire universitaire)
et qu'il n'en faut pas du tout
tu m'as appris pour la énième fois
de ma carrière
que seule la vraie rencontre soigne
mais je l'oublie à chaque fois
je l'oublie à chaque sourire
entre deux barrages, deux absences
à toi même, et du coup à moi aussi
Combien un regard peut être immense
et saturer le ciel
accepter ta folie
c'est ne pas en vouloir
ni pour toi
ni pour moi
c'est tracer la ligne
qui te conduit et me conduit à un autre espace
une autre écoute
où toi tu vas cesser d'être psychotique
et moi cesser d'être thérapeute

alors là peut-être
notre parole sera audible
aux rives d'un
entendement qui sera vrai
puisque nous l'aurons inventé. 

Jean-Luc Gastecelle


 

Publié dans Poésie du monde

Partager cet article

Repost 0

Ils ont dit

Publié le par la freniere

Le miracle c'est quand nous acceptons de voir ce qui était là, pour nous, depuis toujours, et qui, inlassablement attendait que nous ouvrions enfin les yeux et le cœur.

 

Ile Eniger 

 

Publié dans Ils ont dit

Partager cet article

Repost 0